Predator Hunting Grounds

2020PS4/PC
Genre – FPS/TPS
Joueurs – Multijoueurs
Développeur – Illfonic
Éditeur – Sony Interactive Entertainment
PEGI 18
Testé sur PS4

Le rire est extrêmement bon pour la santé. Il évacue le stress, renforce le système immunitaire, réduit la douleur, augmente la confiance en soi et réduit la tension artérielle. Si si je vous jure, je l’ai lu sur internet. C’est une sélection que j’ai choisi sur une liste de mille et une ?. Et personne ne pourra dire que ces mille et une nuisent. C’est l’histoire d’une prof qui dit à ses élèves « Que celui qui se sent stupide se lève ». Du coup, Toto se lève. La maîtresse lui demande « Tu te trouves bête Toto ? ». Le plus simplement du monde, Toto lui répond « Non madame, mais ça me faisait de la peine de vous voir toute seule debout »
Non mais c’est toute cette jungle qui ne ressemble à rien, ça me rend fou. La dernière fois que j’ai entendu le mot contact dans une phrase, j’ai imité la mitrailleuse avec ma bouche en courant dans tous les sens pendant presque une minute. C’était incroyablement long et douloureux pour mes lèvres. Quand je crois voir quelque chose… Contact !!!! Fausse alerte, c’était juste un pixel, que dis-je, un roc, un pic, un cap, que dis-je, c’est une péninsule ! La folie me prend et je me demande encore comment il est possible de chier un concept aussi interessant. C’est peut-être ça la définition de la folie.

« Pourquoi je suis là ?! »

Souvenez-vous
Je me souviens encore de ce massac… ce week-end gratuit qui m’a permis de pondre une preview qui est juste ici. C’est en chanson que j’ai essayé de détendre l’atmosphère mais ça n’a visiblement pas suffit. Le naufrage était tel qu’il était impossible de remonter la barre avec un laps de temps aussi court. En passant sur la version qui coûte tout de même deux billets de vingt euros, la pilule n’est pas passé. Pourtant, je ne me suis jamais autant marré devant un jeu depuis Le bâton de la vérité ou Journey To The Savage Planet. Explication (à la base je voulais écrie investigation mais vu la tronche du jeu, s’investir reviens à dire perdre son temps).

Cette image illustre à elle seule le jeu.

Jungle Crise
Le menu est toujours aussi laid et les options ne nous sauterons pas à la gueule tellement il y en a peu. Quand l’animation du menu principal rame de toute son âme, on est en droit d’avoir peur. Ayez peur simple mortel. La partie rapide peut se traduire par « Jouer un commando » et essayer d’incarner un Predator vous laissera le temps d’aller aux toilettes, boire un café, retourner aux toilettes, sauver le monde dans un élan d’altruisme totalement démesuré et stupide et enfin un café parce que sauver le monde ça demande pas mal d’énergie, et ce n’est pas les membres du Suicide Squad de David Ayer qui vous diront le contraire. Assurément, tout le monde souhaite goûter aux joies d’incarner un Predator mais avoir plus de dix minutes d’attente en moyenne pour l’avoir est un peu désespérant. Le pire reste à venir…

Je ne bois pas de cette eau.

Comment ça marche ?
C’est très très très simple. Un Predator contre quatre commandos et des PNJ à l’intelligence Eve-Angeliesque. Ces derniers doivent remplir des objectifs et le Predator doit essayer de les zigouiller. Voilà voilà voilà. C’est dur la vie. Je vais me reprendre un café. Ha oui ! Il y a trois maps. Pas quatre, trois. Le prix ? Hahaha, elle est excellente, je la note.

Predator Boyaux
J’avoue que mes premières fois avec le Predator ont été chaotiques. Avec tout mon équipement, j’étais bien incapable de trouver mon propre cul, même avec un GPS.
La jungle est censée être notre terrain de jeu. Un pet de mouche à cinq mètres devrait me mettre en alerte mais il n’en sera rien. Le déplacement dans les arbres est laborieux, la vision thermique n’est pas des plus lisible et je défie quiconque de se déplacer d’arbre en arbre sans choper la gerbe. Au sol, c’est un peu mieux mais nous sommes aussi discret qu’un pet d’hippopotame. Mais alors comment faire ? Activer la vision thermique au somment d’un arbre et foncer comme un gros bourrin sur les commandos en espérant viser juste. Les commandos ont, eux, d’autres choses à faire que tuer le Predator dans l’encart de leur objectif et ça pose encore un problème.
En résumé, les commandos doivent remplir des objectifs sur la carte puis repartir en hélicoptère, entretemps le Predator doit essayer des les défoncer. Mais alors où est le problème me demanderez vous entre deux respects de distance de sécurité et un lavage de main digne de ce nom. Il suffit que les commandos restent en groupe serré pour réussir. Défoncer les soldats en IA sera (encore) plus facile et se mettre directement à quatre pour défoncer le Predator ne posera aucun problème. Au mieux, un des quatre se fait bouffer pendant que les autres le canarde et une fois l’extraterrestre défoncé, on réanime le commando qui a pris pour les autres et on court à l’hélicoptère. Element important : le Predator va lancer son autodestruction et il ne faudra pas trainer sur place. Mais alors qui chasse qui ?

Suivez la ligne rouge.

Un concept fragile
Un des très nombreux problèmes du jeu est aussi con que de mettre une blague de toto dans son introduction. Comment peut-on, dans un jeu qui porte la licence Predator, donner autant le sentiment de vulnérabilité à l’extra-terrestre le plus dangereux ? Pourquoi quand je suis Predator j’ai l’impression d’être venu avec un caleçon en feuille de salade pour me faire brouter le cul par des lapins ? Pourquoi je ne peux pas monter à tous les arbres ? Pourquoi j’ai l’impression d’être chassé alors que je suis normalement le chasseur ? Pourquoi il me faut dix minutes pour me connecter ? A aucun moment je me sens puissant. Attendez, je vais me mettre un peu de peinture trouver dans une valise tactique sur le corps. Combien coûte ce jeu déjà ?
On continue ? Pourquoi je ne peux pas ramper ? Pourquoi je suis aussi méchant ? Ce jeu coûte 40 euros.

No comment

Y a de quoi se la prendre et se la mordre !
J’ai testé le jeu sur PS4 pour la simple et bonne raison que c’est la version que j’ai reçu pour la feuille de chou que vous êtes entrain de lire. J’ignore donc avec grand regret la version PC, j’en pleurs encore.
Je ne sais pas comment j’ai pu jouer aussi longtemps sans avoir les yeux qui saignent. L’aliasing est partout, la modélisation de la flotte est risible et la végétation est en carton. Inutile de perdre mon temps : c’est moche. Un point c’est tout. Ce n’est pas fluide, ça ne l’est jamais et à ce niveau ça m’inspire presque le respect. Comment peut-on se planter autant ? Nous sommes en 2020.

Le fond et la forme
Je ne vais pas parler des « lootbox » car chacun verra midi à sa porte. Porter des lunettes de ski et une casquette à l’envers m’a fait rire cinq minutes et saviez-vous que ce jeu coûte 40 euros ? Nous avons bien quelques « atouts » pour améliorer notre avatar tout comme les armes mais ça ne change rien aux mécaniques trop bancal du jeu. Se consoler avec quelques lootbox n’y changera rien non plus. Surtout si c’est pour se retrouver avec une armes aux couleurs des Municipaux des Chevaliers du Fiel.

PS3 Style

Mon avis
Comment peut-on autant chier dans la colle ? Il est vrai que je pose énormément de questions. Pas sûr que quelques mises à jour suffisent à sauver ce jeu. Vendu à un tel prix avec un seul modes de jeu, deux gameplay et trois maps c’est non. Quand je pense que Hunt est infiniment meilleur pour le même prix, on ne pose plus de question et on prend une décision. Predator Hunting Ground doit très très très vite se reprendre s’il ne veut pas finir enterré à côté d’Evolve dans le cimetière des petits anges parti trop vite.

Acheter 40 euros de papier toilette sera plus utile que ce jeu. Un ratage total.
RATÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.