Spider-Man Miles Morales

INFO

2020 – PS4/PS5
Genre – Aventure
Joueurs – Solo
Développeur – Insomniac Games
Éditeur – PlayStation Studio
PEGI 16
Testé sur PS4 Pro et PS5

L’arrivée de la PS5 c’est comme une énorme boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quel bug on va tomber. Un ventilo farceur ou un logiciel aussi stable que les béquilles de ma grand-mère. La vérité c’est que j’ai vu et testé la version PS5 mais j’ai préféré continuer sur PS4 Pro cette expérience arachnoïdienne pour des raisons que vous connaissez maintenant. Soyez sans crainte, la différence ne justifie pas l’achat de la PS5 pour y jouer. C’est parti ? Ah, au fait ! Pour deux qui lisent bien tout le test (et ceux qui scrolle sans rien lire pour aller voir la note, on vous voit), il y a une surprise en bas du test ! 

Il faut suivre un peu
Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas balancer le synopsis car ce n’est pas bien utile si vous avez torché le premier de 2018. Pour les nouveaux venus, le premier Spider-Man se trouve désormais à un prix dérisoire pour une expérience quasi identique. Après vous faites bien comme vous voulez mais je n’ai jamais commencé une série par la saison deux personnellement, encore moins le MCU par la phase 4. Bref, ce n’est plus Peter Parker qui va jouer l’araignée sympa du quartier mais Miles Morales. Affaire de cœur, responsabilité et honneur seront les maîtres mots de ce 1.5.

 

Même lieu et même situation
On va retrouver le même Manhattan qu’en 2018 mais sous la neige. Ce grand manteau blanc sera des plus magnifiques et parcourir la sera toujours aussi agréable. Monter au-dessus des immeubles pour profiter de la vue est toujours aussi fantastique et se déplacer donnera toujours le vertige. On se laisse tomber un max pour relancer une toile au dernier moment puis… Je m’égare. Oui c’est certainement le meilleur terrain de jeu qui soit pour une araignée.

Une jouabilité qui évolue peu
Comme on ne change pas une formule qui gagne, la gameplay ne bouge pas vraiment en dehors des pouvoir électriques inhérent à Miles. Il est parfois difficile d’être discret dans un lieu clos à cause d’une caméra qui ne sait plus où elle habite notamment quand on se déplace au plafond. On laissera d’ailleurs vite l’infiltration de côté pour foncer dans le tas quand cette dernière n’est pas obligatoire. Il y aura les défis holographiques pour apprendre les bases et ça me rappel un certain Batman Arkham City sorti en 2011. Il est malheureux de dire que Insomniac Game s’est déjà beaucoup inspiré en 2018 de la quadrilogie vidéoludique du chevalier noir (on a tendance à oublier Arkham Origins qui est en dessous des autres mais pas déméritant pour autant) qui reste la référence du genre dans la catégorie super héros. Je vais d’ailleurs revenir sur le mal aimé d’Arkham, le volet Origins. Sorti du succès largement mérité du deuxième volet, Arkham City, Warner Bros Games va laisser de côté Rocksteady pour produire eux-mêmes le troisième volet. Il a toutes les qualités de City mais sans prise de risques. Me vient alors un adage. Miles Morales et à Spider-Man 2018 ce que Arkham Origins est à Arkham City. On garde des bases extrêmement solides mais pour le reste il ne faut pas s’attendre à grand-chose. Cette réflexion vient de me claquer les derniers neurones. Je vais me coucher.

Solide sur tous les fronts
PS4 Fat, slim, Pro et PS5 ne tousserons pas. L’équipe d’Insomniac maîtrise parfaitement les consoles de la firme japonaise et offre une optimisation au bouillon de carottes. J’ai forcément une préférence pour les 60 fps offert par la PS5 mais c’est bien là la seule différence avec les autres consoles de Sony. La PS5 a aussi une version « haute fidélité » qui tourne à 30fps en 4K avec des minettes de Ray Tracing dedans. Pas de quoi sauter à en crever le plafond. Et je le répète une deuxième fois, Miles Morales ne justifie pas l’achat d’une PS5 a l’inverse de Breath of the Wild qui lui a réussi à vendre des Camions entier de Switch et disponible.

Mon avis
On coche toutes les cases et c’est parti pour un Spider-Man 1.5 qui tient toutes les promesses de l’épisode de transition avec sa durée de vie très moyenne (une dizaine d’heure) et ses combats toujours très dynamiques. Reste forcément une impression de déjà-vu qui n’est pas désagréable mais qui ne justifiera en rien l’achat d’une PS5. Je l’ai écrit une troisième fois ? Alors je ne l’ai pas écrit fort.

 

 

 

 

Spider-Man Miles Morales est une très bonne suite qui ne prend aucun risque et c’est son principal défaut.
TRÈS BIEN

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.