YOMAWARI LOST IN THE DARK

INFO
2022 – PS4/SWITCH/PC
Joueur – Solo
Editeur – Nis America
Développeur – Nippon Ichi Software
PEGI 18
Testé sur PS5

Si vous êtes fidèles à mes tests vous n’êtes pas sans savoir que j’ai écris une feuille de chou sur Yomawari Midnight Shadows. Quand ce nouvel opus à été annoncé, je me suis demandé quelles pourraient être les nouveautés. Je me suis alors immergé dans l’eau glacée de la solitude pour mieux y voir un dauphin sur une licorne en train de faire un back flip. La chorégraphie était appréciée par tous les lions à crinière jaune des eaux profondes du petit bassin. C’est alors que j’ai compris le sens de ce test : agraffeuse ! Puis… oh putain mais dites le moi quand je m’endors sur mon clavier. J’ai entendu un bruit. Ah non c’est juste la licorne.

Beau comme une ruelle pas éclairée la nuit
Le style graphique du jeu ne bouge pas et c’est une bonne chose. C’est toujours aussi efficace avec peut-être une patte un peu plus sombre par moment. L’aspect pastel contraste parfaitement ce mélange de beau et d’insécurité. Les effets de lumières sont toujours aussi bons et il sera même agréable de constater la non utilisation du ray tracing. Vous savez, cette technologie utilisé par Nvidia pour avoir des reflets en plus et de la fluidité en moins. Pour en finir avec l’aspect graphique, je peste encore contre l’aspect gribouille des menus et cette carte dessinée avec un balais dans le…

Cultures horrifiques et creepy pasta
Le jeu garde la même base de déroulement. Tout commence par un tutoriel sur fond de harcèlement scolaire. Nous incarnons une jeune fille. Elle se réveille un jour dans une forêt sombre lui étant inconnue, sans aucun souvenir sur la manière dont elle s’est retrouvée là. A la recherche d’un chemin pour sortir, elle croise alors un mystérieux individu qui lui révèle qu’elle a été maudite. Pour de briser la malédiction, elle aura besoin d’explorer les rues de sa ville durant la nuit afin de retrouver ses souvenirs perdus. C’est avec une torche et notre vulnérabilité que nous allons arpenter la ville. La structure est des plus classique : un souvenir dans un lieu, allons voir ce lieu. Sur notre route, une tonne de monstres issu du folklore japonais et de la culture creepy pasta. Oui, monsieur Slender Man va venir te tourmenter et c’est pas le seul. Cachons nous !

Ne te cache plus et marche
J’ai oublié de parler de la nouvelle mécanique de jeu qui consiste à marcher les yeux fermés pour ne pas se faire répérer. On aura un tout petit spectre autour du personnage pour appréhender l’environnement et des battements rouges pour calculer la proximité des monstres. Sur le papier c’est un changement de taille. En pratique aussi. Quand on se cache on attend que la menace s’éloigne. Quand on avance, on va trop souvent au casse pipe. Heureusement, nous avons toujours les avions en papier et les cailloux pour détourner des regards. En revanche, ils sont pas illimités et marcher les yeux fermés dans une rue gardée par un monstre avec une pattern aléatoire est source de frustration. Il est là le principal problème. Je le répète pour ceux du fond, on ne peut plus se cacher à la manière d’un Midnight Shadows.

Note pour plus tard
Ce changement de gameplay s’est fait pour moi dans la douleur. Flippante au début, cette mécanique va malheureusement devenir lassante. Ajoutons à cela des points de sauvegardes éloignés et sous condition d’avoir une pièce de monnaie pour le faire. Résultat, on recommence souvent des passages où le hasard et la chance seront trop souvent de mise. On tente alors de passer par une autre route, on passe in extremis un monstre et enfin on sauvegarde avant de se rendre compte que c’est pas la bonne route. La suite, vous la connaissez.

Mon avis
L’ambiance est toujours aussi exceptionnelle mais elle se brise vite avec une mécanique bancale « d’esquive » qui transforme trop souvent le jeu en die and retry. C’est d’autant plus dommage que l’histoire est très bonne. J’ai fini le jeu et j’avoue finalement en garder un bon souvenir malgré des gros coups de rage.

MON AVIS
Pourquoi changer une formule qui marche ? Je suis pour l’innovation mais ce Yomawari : Lost in the dark marque une rupture de gameplay qui ne plaira pas à tout le monde. Oui j’ai fini le jeu mais j’ai aussi dû racheter une manette de PS5. Vous voilà prévenu.
BON

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.