Ghost of Tsushima

INFO
2020 – Exclusivité PS4
Genre – ActionAventure
Joueurs – Solo
Développeur Sucker Punch
Editeur – Sony Interactive Entertainment
PEGI 18
Testé sur PS4 Pro

Mouraille est doux. Mouraille est d’une discrétion tellement légendaire que même les légendes ont peur de lui. Il faut le voir sauter, rouler et admirer l’horizon avec le charisme d’un Cyprinus rubrofuscus. Incroyable. Quand il lâche un énorme pet, il le suit au grès du vent pour découvrir de nouveaux horizons que même les horizons eux-mêmes ne connaissent pas. Porté par le vent, il est fier et incroyablement beau. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un chat comme celui de la rédaction de ce valeureux site internet qui parle de jeu vidéo avec humour et décontraction du slip. Oui, c’est un chat, Mouraille. Avec son énorme b…
*Vous êtes sorti du récit »

L’histoire, le contexte et tout le bazar
Ghost of Tsushima prend place au Japon féodal durant l’époque de Kamakura. En 1274, l’armée mongol dirigé par Kotun Khan, cousin de Kubilai Khan, se ramène pour boire le thé et brûler des gens sur les plages de la péninsule Japonaise de Tsushima. Les samouraïs qui défendent l’ile sont facilement balayés par les mongols qui ont l’avantage du nombre. Kotun Khan qui a étudié le code d’honneur des samurais compte bien le retourner contre eux. Par conséquent, face à des samouraïs enfermés dans leur propre code, il se régale de les brûler avant que ces derniers terminent d’expliquer l’alinéa B38 du paragraphe 14 du chapitre 2 du volume…
*Vous êtes sorti du récit »

On ne naît pas avec le courage, il arrive au fur et à mesure des obstacles rencontrés de la vie.
Au lendemain de cet immense combat, Jin Sakai notre héros constate qu’il a été sauvé par la voleuse Yuna qui lui demande de l’aider à sauver son frère Taka, prisonnier des mongols, en échange. Jin lui en fait la promesse mais tente dans un premier temps de délivrer son oncle, retenu prisonnier au château de Kaneda. Je vais me stopper là pour l’histoire. Notre très cher Jin va devoir parcourir la carte pour monter en expérience et gagner suffisamment de courage pour bouter les Mongols hors de l’île. Je peux résumer le scénario de Ghost of Tsushima ainsi : outrageusement solennelle. L’ombre du cinéma de Akira Kurosawa va constamment planer sur le jeu avec des dialogues au cordeau et des expressions faciales solennelles et déterminées. J’en profite pour dire que le mode « noir et blanc » du jeu porte le nom du célébré réalisateur japonais avec un contraste magnifique qui va bien au-delà de la simple désaturation de couleur.

Un monde magnifique
Passons maintenant aux graphismes de la production de Sucker Punch. Le jeu ne va jamais en finir d’être magnifique. Les horizons sont somptueux, les effets de lumières viennent nous caresser la rétine et l’île déborde de vie et de choses à faire. Du côté des performances, j’ai préféré régler ma PS4 pro en 1080p 30fps extrêmement stable plutôt que 4K 30fps avec de trop régulières chutes de frame rate. J’ai toujours privilégié la fluidité. Cependant, les deux modes sont jouables sans problème. Les feuilles qui volent à l’infini et ce contexte historique respecté à la lettre offre un univers incroyable à parcourir. Malheureusement, de bon graphismes de ne font pas un bon jeu.

Le combat perdu d’avance de la caméra
Les combats vont constituer les trois quarts du jeu. Manier le katana ne sera pas facile au début et gérer sa défense sera un art. Nous ne sommes clairement pas au niveau de difficulté d’un Dark Souls mais la caméra ne va clairement pas nous aider. Gérer intégralement la caméra pendant les combats qui la majeure partie du temps seront brouillon va donner de magnifiques orgies. Me retrouver face à quatre Mongols avec la caméra coincée dans le cul de mon cheval est une expérience qui marque à vie. Du côté de l’infiltration, nous sommes invisible dans les herbes hautes avec une armures de quinze kilos et ouvrir des portes durant un combat va faire bugger notre ennemi. Ce n’est pas génial sans compter que votre mort sera longue et insupportable car dès que vous êtes kaput en train d’agoniser au sol, il faut attendre qu’un ennemi vienne vous achever pour pouvoir enfin recommencer. Notons que les temps de chargement sont très court et c’est un vrai bon point.

C’est pas bien varié
Tuer, tuer et encore tuer du Mongols va être le maitre mot. Nous suivrons bien de temps en temps un renard pour découvrir une zone où prier mais c’est pour mieux libérer un village de ces salauds de Mongols.
C’est extrêmement redondant et dans un monde ouvert aussi beau que celui-ci il est vraiment dommage de voir les développeurs offrir des quêtes secondaires similaire à la principale : tuer des Mongols.

Fais comme si j’avais pris la quête
J’ai sorti mon cheval
Et j’ai glissé sous le vent
Fais comme si je suivait un pet
J’ai trouvé ma quête principale
Je l’ai suivie un instant
Sous le vent…
Et si tu crois que c’est fini
Jamais
C’est juste une pause un répit
Avant la suite du test
Et si tu crois que je me moque
Écoute
Ouvre ton corps aux vents de la nuit
Et laisse-toi guider

Je n’ai pas mieux pour vous dire que le vent nous guide. Suivre les feuilles qui volent au vent est extrêmement original et zen comme idée.

Mon avis
Si passer votre temps à vous battre sur une magnifique carte ne vous dérange pas vous pouvez y aller. J’ai passé un bon moment que je vais malheureusement vite oublier.

Ghost of Tsushima est un Assassins’s Creed avec un samouraï qui se bat tout le temps. Un jeu sorti trop vite qui manque de finitions.
BON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.