Crysis remastered

INFO

2020 – PS4/ONE/PC/PS5/SeriesX/SWITCH
Genre – FPS
Joueurs – Solo/Multijoueur
Développeur – Crytech
Éditeur – Crytech
PEGI 18
Testé sur PS4 Pro et PC

C’est un test que je voulais absolument faire pour plusieurs raisons : Crysis de 2007 fut une expérience incroyable sur mon PC de l’époque avec ma petite carte graphique (Radeon HD2600) et mon écran 4/3 de fortune. Le jeu pesait plus de 10 go, ce qui était énorme pour cette période. Quand on pense que maintenant 100go (et plus) c’est normal, les choses ont bien évolué en 13 ans. C’est d’autant plus étrange que des experts et scientifiques du monde entier n’arrivent pas à expliquer les 200go de Warzone. Avant d’aller vérifier l’état de votre disque dur à cause de ce jeu à la communauté infâme, je vous invite à lire mon coup de gueule sur un jeu qui n’aurait jamais dû être mas… Heu remasterisé.

Un scénario prétexte
Ce premier opus va nous servir un scénario des plus convenus avec une unité spéciale qui sera parachutée sur une île pour tuer du chinois puis discuter. La frontière de la langue n’arrangeant en rien les négociations, les armes feront la traduction pour eux. Puis des chinois disparaissent, ce qui chagrine nos américains. C’est en fait une invasion extra-terrestre qui va venir foutre le bordel au beau milieu de ce ball-trap sino-américain. Notre héros avec sa grosse b… Combinaison va alors infiltrer les vaisseaux des envahisseurs pour leur expliquer que l’ONU à voté en la faveur d’un mur pour protéger et respecter le territoire américain (Donald, is that you ?). Essuyant un refus, c’est un peu chiffon que notre héros va devoir leur expliquer le code. Puis tuer des chinois ou des extra-terrestres, quelle différence ? Cerise sur le gâteau, un des chapitres du jeu sera consacré à un groupe de chinois qui essaie la version contrefaite de votre magnifique combinaison. Convaincu ou un peu des deux ?

Une vérité qui fâche
On pose le contexte. Nous sommes en 2007, internet n’est pas encore totalement démocratisé et les patchs de mises à jour sont à télécharger sur les sites officiels des jeux. Crysis fait une entrée fracassante dans le monde du jeu PC en faisant suer nos cartes graphiques. Les années passent et le « can it turn Crysis ? » éclipse une tout autre question, celle de l’optimisation. Et si ce jeu qui demande autant de ressources était en fait optimisé avec le cul ? Et si son moteur graphique, aussi beau soit-il, était un exemple de surestimation de la part des programmeurs ? Pourquoi ma GTX 1660 TI n’arrive pas à le faire tourner a 30fps alors que Crysis 3, roi des benchmarks tourne comme un charme a 60fps ? Il garde un moteur 3D d’un autre âge et ne sait plus correctement exploiter nos processeurs. Il fait donc hurler ma GTX 1660 TI qui sort pourtant d’une session de Far Cry New Dawn en ultra et sans encombre. Une optimisation qui pose vraiment problème…

2020 et un léger besoin de tune
Crysis Warhead n’a pas reçu le même succès. Crysis Wars à fermer ses serveurs pour mieux revenir sur Steam. Crysis 2 a fait la même erreur que Predator 2 (1990) en sortant l’antagoniste de sa jungle pour le mettre au milieu de New York et Crysis 3 se paye l’un des pires scénarios de l’histoire. Un pedigree bien malaisant pour une licence qui n’était plus que l’ombre d’elle-même. Abracadabra ! On va réchauffer le premier pour compenser la rentabilité mitigée de l’incroyable Hunt Shudown.

Ma PS4 Pro n’est plus à la hauteur
Recevoir un code pour le tester est un honneur. Voir ma PS4 pro cracher ses poumons, quel que soit le mode, commence déjà à me gonfler. Le mode performance n’atteindra jamais une fluidité correcte. Le mode résolution est catastrophique en passant sous la barre des 30 fps. Bonus : le mode ray tracing est un foutage de gueule des plus incroyables en attendant la compatibilité PS5 dont tout le monde se fout. Lot de consolation, la version Switch est tout aussi bancale mais lui on lui pardonne : c’est la Switch. Cependant, la version PS4 Pro reste plus intéressante que la version PC dans le sens où ça peut vous éviter de flinguer une carte graphique à 500 balles. Parce que oui, c’est son super-pouvoir : le soft sur PC n’utilise qu’un seul cœur et le fait trimer comme c’est interdit depuis fort longtemps. Et paf, ça fait des cartes graphiques décédées.

Et le gameplay ?
En 2007 c’était la révolution mais en 2020 c’est soporifique. C’est mou et mal rythmé. Les niveaux « ouverts » sont bien vides et abattre des arbres ne vous amusera que cinq minutes. La destruction des maisons et autres campements sont rigolos mais toujours aussi mal justifié. Les possibilités de la combinaison sont devenues basiques et les missions navrantes. Cependant, je vais écrire deux paragraphes de plus pour expliquer à qui s’adresse ce remaster.

Vous avez déjà joué à Crysis en 2007
Ce remaster est sans intérêt.

Vous ne connaissez pas Crysis
Si vous acceptez des mécanismes d’un autre âge, un gameplay mou comme une baguette industrielle et une histoire qui tient sur un post-it alors pourquoi pas.

Mon avis
Crysis peut-il encore s’asseoir à la table des FPS pour partager le festin des joueurs ? La réponse est oui mais à la table des enfants. Même s’il reste un classique, ce dépoussiérage est bien trop fainéant pour tirer son épingle du jeu. C’est un peu comme un très vieux film dont on garde un excellent souvenir complètement déformé par le temps. C’est quand on décide de le revoir que le désenchantement passe la quatrième jusqu’au rupteur.

Fade et mal optimisé, Crysis reste l’ombre de lui-même en attendant un vrai nouvel opus.
MOYEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.