Wolfenstein : The Old Blood

INFO
2015 – PC/PS4/ONE
Genre : FPS
Joueur : Solo
Développeur : MachineGames
Éditeur : Bethesda
PEGI 18
Testé sur PC
Vous avez trouvé l’introduction de The new order un peu trop abrupte. Comment en sont-ils arrivés la ? Ils ont fait quoi avant ? Les petits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des jambes ? Mais non mon gros bêta, prend un flingue et dégomme tout ce qui moufte. Un prequel court et intense c’est possible. Oui et au juste prix. Choisissez bien, choisissez Blazkowicz !

The old order
Nous voici en route pour le château Wolfenstein. Notre héros B.J. Blazkowicz va devoir dérober des documents qui pourraient compromettre la victoire allemande et mettre fin à cette putain de guerre. La suite des événements sera teintée de vengeance et d’humour noir. Je ne vais bien évidemment pas spoiler l’événement principal du jeu que certains « grands » sites de jeux vidéo n’ont pas hésité à mettre en titre. Un manque de finesse de leur part qui ne m’étonnent malheureusement plus. De plus, le jeu reste un stand alone assez court, c’est pas pour balancer la fin. Certain diront que le dernier trailer balancé par Bethesda annonce l’événement mais je pense aux joueurs qui veulent se garder la surprise jusqu’au bout. Cette règle vaut aussi pour le cinéma et les séries. Quoi ? Pourquoi tu cries dans le fond ? Oui je pars hors sujet mais il me semble important de le dire. Un spoil malencontreux est vite arrivé.

Huggy les bons tuyaux
Ce old blood apporte-t-il du sang neuf ? Je m’en vais répondre à cette piètre blague que personne ne sera obligé de refaire. Notre première arme dans le jeu sera deux morceaux de tuyau qu’il sera possible d’utiliser pour escalader les murs friables. On peut aussi les visser entre eux pour frapper avec comme une batte. Cette arme improvisée offre aussi un nouveau type d’exécution discrète particulièrement gore. Un nouveau type de fusil à lunette fait aussi son apparition, bof. Il faut considérer ce chapitre plus comme un nouvel élément scénaristique plutôt qu’une révolution niveau gameplay. En revanche, les phases d’infiltrations seront plus nombreuses que dans The New Order. Rangez vos armes lourdes et sortez vos silencieux. C’est le moment d’attaquer en traitre.

Du travail de pro
Il sera tout à fait possible de traverser des niveaux entier sans se faire repérer. C’était déjà possible avec The New Order avec plusieurs chemins alternatifs pour nettoyer une zone sans qu’un cri strident n’excite tout le monde. Dans The Old Blood les possibilités sont plus nombreuses. Sur une poutre ou en passant par un trou, ceux qui veulent se la jouer fantôme seront ravis. A l’heure où j’écris ce test, j’ai fini The New Colossus et j’ai constaté que les phases d’infiltration étaient plus intéressantes avec The Old Blood que ce dernier. Paradoxale de la part des programmeurs. Vous l’aurez compris, The Old Blood est le plus intéressant de la trilogie niveau discrétion.

Tu es beau comme un obus
La partie technique ne déçoit pas. La fluidité est au rendez-vous, les combats ne débandent pas – pire- le jeu en redemande pour prouver une optimisation juste parfaite. Les animations sont détaillées, le doublage français de qualité et les armes prennent toujours la moitié de l’écran. Le feeling des combats est toujours aussi dynamique avec plus de projections et d’interactions avec le décor. Les versions consoles n’ont rien à envier à la version PC qui tourne avec un poil plus de finesse mais pas de quoi tuer un nazi non plus. Une prestation graphique au niveau pour une ambiance des plus glauque. Car oui, l’ambiance de ce Wolfenstein là est plus lourde que les autres. Je vous explique après ce magnifique sous-titre.

« Je sens le poids du monde qui pèse sur mes épaules »
The Old Blood n’oublie pas ses personnages et son histoire. Au delà de l’humour distillé un peu partout, le temps est plus à l’orage qu’à la joie. L’ambiance deviendra de plus en plus lourde jusqu’au final. La mort rôde partout et les personnages secondaires n’hésiteront pas à vous le rappeler. Les cinématiques sont poignantes et très bien rythmées. Un travail respectable qui offre une dimension unique et touchante au récit. Les gerbes de sang aussi peuvent avoir des sentiments. Qui a dit que ma phrase ne voulait rien dire ?

The Old Blood est un indispensable de la trilogie nouvelle génération. Magnifique hommage à Return To Castle sorti en 2001, MachineGames m’a encore mis une claque. Ceux qui découvre la licence, je vous conseille de faire dans cet ordre : The New Order, The Old Blood puis The New Colossus. Une grande série de FPS qui bouffe du Call of Duty au petit déjeuné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.