Void Tarrarium

INFO
2020 – SWITCH/PS4
Genre – Rogue-like
Joueur – Solo
Développeur – Nippon Ichi Software
Éditeur –  NIS America
PEGI 12
Testé sur PS4 Pro

Dans les années 90, nous avons tous connu la mode des tamagotchis. Vous savez, le petit animal numérique qu’il faut nourrir toutes les cinq minutes en espérant qu’il ne meure pas étouffé par son vomi ou son caca. Mais si, vous savez, le porte clef avec un petit écran qui bip trop souvent pour… Attendez, en écrivant cet article j’ai découvert l’existence des films Tamagotchi. Ho putain ce n’est pas fini ! Trois films dont le dernier est sorti en 2017 ! Ajoutons à cela quatre séries animées et pas moins de trente et une adaptation en jeux vidéo et vous obtenez une introduction comme je les aime : informativement stupide et finalement peu en rapport avec le jeu que je suis entrain de tester. Quoique…

C’est quoi ?
Void Terrarium est un donjon crawler à la sauce Tamagotchi. Vous allez incarner Robbie, un petit robot altruiste à la Wall-E dans un monde ravagé par un champignon qui ne mérite même pas que je lui offre un verre ce connard. Robbie trouve la dernière humaine dans une bouteille qui la « protège » et décide de l’aider mais ne sait pas trop comment s’y prendre. Fort heureusement, un ordinateur assez puissant pour penser par lui-même va donner des conseils à notre jeune Robbie. Notre aventure va pouvoir commencer, puis recommencer, puis rerecommencer… J’ai oublié de vous dire que c’est un rogue-lite c’est ça ?

« Oh, Robbie ! Welcome home ! »
Je n’en peux plus de lire cette phrase chaque fois que je reviens le hub du jeu qui se compose de la jeune fille dans la bouteille, de l’ordinateur qui nous aide et d’un coffre pour stocker notre merdier. Vous aurez cette phrase chaque fois que vous terminez une zone ou que vous vous faites défoncer. Je peux alors résumer le gameplay du jeu en une seule phrase : aller au casse-pipe pour récupérer des ressources et les utiliser pour sauver et prendre soin de la fille. Je suis vraiment trop fort.

Tu ne vas pas comparer ça a superhot …
Je n’ai pas d’autre exemple plus précis pour dire que les combats dans les zones vont être en vue du dessus et les ennemis ne se déplacent qu’en même temps que nous comme dans superhot. On s’y fait vite et on comprend que les déplacements ont une importance toute particulière si on veut avancer le plus loin possible. On apprend au fur et à mesure des attaques de plus en plus puissantes et on ramène de plus en plus de ressources pour la petite fille. Cette répétitivité est inhérente au genre et il est important de le prendre en compte avant de l’acheter.

Beau comme une PS2
En dehors du hub en 2D dessiné à la main qui est très beau, le reste n’est clairement pas digne de la PS4. On est au strict minimum et la direction artistique est inexistante. Je vais rapidement passer par les musiques qui m’ont bien cassé le crâne. J’avais souvent l’impression de jouer à un jeu mobile adapter sur console. Oui, ce n’est pas la meilleure des impressions.

Mon avis
Pfff…
Si vous aimez les rogue-like et que vous n’avez rien d’autre à faire, ce jeu est pour vous. Le concept est sympatoche dans un univers moche (ça rime en plus) et sans âme. Ce n’est pas parce que le monde est dévasté par un champignon qu’il faut forcément le rendre vide !

Void terrarium ne réinvente pas le genre. A réserver aux fans de Rogue-Like.
SYMPATOCHE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.