The Occupation

Genre – Enquête/Narratif
Joueur – Solo
Développeur – White Paper Games
Éditeur – Just for Games
PEGI 12
Testé sur One

Je suis toujours très enthousiaste à l’idée de tester un jeu indépendant créé par une petite équipe. Ici c’est White Paper Games. Chic ! Ils ont fait Ether One, un walking simulator très surprenant qui m’a tenu en haleine. Avec The Occupation, ils innovent avec le Derrick Simulator. Faite chauffer la verveine et servez les spéculoos, nous sommes partis pour 4h de jeu en temps réel.

 

Uchronie, attentat et petits gâteaux
On n’est pas là pour rigoler. La fin des années 80 dans une Angleterre sous tension sera le théâtre de notre sies… Investigation. Crise migratoire, menace d’attentat et tout le tintouin font naître un groupe politique extrémiste : Bowman Carson. Un groupe qui veut littéralement fermer le pays et remettre en cause la liberté des citoyens. Mais le groupe Bowman Carson voit ses locaux touchés par un attentat qui fait 23 victimes dont Michael Carson, le co-créateur de ce gentil groupe politique. La femme de Michael va donc vous demander de mener l’enquête. Vous dormez ? Si, vous dormez ! Et toi ! Tu lis de travers et tu tombes sur cette phrase. Je ne vous en veux pas. Par contre, les cinématiques posant les bases de cette histoire sont dignes de la PlayStation. Pas la 2 ni la 3, la première, celle de de 1994. C’est pas super bandant je vous le concède. Et les 4h en temps réel ? Plus tard. Rien ne presse.

Combien de sucre dans votre verveine ?
On va parler des graphismes rapidement et j’insiste sur le mot « rapidement » car ce n’est visiblement pas le point sur lequel les programmeurs se sont attardés. C’est extrêmement grossier et la direction artistique est assez quelconque. Peu importe, beaucoup de jeux ne misant pas sur les graphismes se concentrent donc sur le fond et c’est ce que j’attends de The Occupation et de son histoire politique. Cependant, il est important de préciser que chaque temps de chargement prend plus d’une minute, qu’ils peuvent parfois faire planter le jeu (sur One), que les sous titres sont incomplets quand ils ne sont pas entièrement en anglais et que les « ? » remplacent invariablement les apostrophes. Bref, le jeu est encore actuellement en franglish et ça m’a fait beaucoup rire. Espérons qu’un patch voit le jour sans trop tarder. Vous trouvez ce test trop sérieux ? Voici une blague : je suis lourd, lent et avec deux mains gauches ?

.

.

Je suis Harvey Miller, l’enquêteur que nous incarnons. Alors, heureux ?

Vous avez des madeleines ?
Nous avons tous connu des journées où tout nous glisse des mains. Le shampooing sous la douche, cette fourchette qui glisse et tombe dans l’assiette dans un vacarme à réveiller mamie. Harvey Miller est certainement dans un jour comme ça tellement sa jouabilité est lourde. Ouvrir une porte ? X pour saisir la poignée et joystick vers le bas pour l’ouvrir. Dans un Layers of fear c’est légitime car ça contribue à l’ambiance. Ici, ça ne sert à rien. Idem pour les cartes magnétiques, faire le mouvement de la carte dans le lecteur devient vite chiant. Monter des escaliers est un supplice, courir ne change quasiment rien à notre vitesse. Quand on a qu’une heure pour fouiller c’est pas génial, quoique le stress est bien présent. Puis arrive le moment où l’on se fait attraper par un agent de sécurité. Crotte !

Elle est très goûtue cette verveine
J’en ai oublié d’expliquer comment je me suis fait prendre alors que je passais seulement de bureaux interdits en salles louches via la bouche d’aération. Quand j’ai senti le mec de la sécurité arriver je me suis accroupi puis planqué sous un bureau et attention on n’est pas dans Dishonored : soit c’est le bureau soit c’est par la fenêtre si elle est ouverte. Je m’y suis pris trop tôt. L’agent me demande alors de le suivre, je refuse et il se met à enchaîner la ligne de dialogue d’avertissement en boucle. Je cède. A la manière d’un élève qui se fait sermonner par le CPE, je me fais gentiment avertir par le chef de la sécurité puis repart par la bouche d’aération parce que bon, j’ai des indices à cumuler.

L’addition s’il vous plaît
J’aimerai pouvoir aimer ce jeu. L’ambiance est relativement bonne, l’histoire est correcte et la notion de « Tu as une heure pour trouver un max de documents » est originale. Le problème c’est que l’ensemble est plombé par une lourdeur pachydermique. Tout est beaucoup trop mou et c’est vraiment dommage. J’en suis à me demander si les programmeurs ont testé leur propre jeu. Dommage mais ça je l’avais déjà dit deux fois avant.

 

The occupation est un concept qui n’a pas pris le temps de mûrir. Tout est bancal et c’est dommage.
MOYEN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.