Medievil (2019)

INFO
2019 – PS4
Genre – Aventure
Joueur – Solo
Développeur – Other Oceans
Editeur – Sony
PEGI 12

Il est frais mon remaster ! Il est frais ! Avec la peau sur les os et son seul œil brillant, je vous le fais à un bon prix. Il est tout beau ! Il date de 1998 ! On est les champions ! On est les champions ! Quoi ? Il est périmé ? Je vais te le foutre dans la gueule, tu vas voir s’il est périmé. Il est beau mon remaster ! Il est beau !

Un peu d’histoire
Daniel Fortesque est mort en première ligne d’une flèche dans l’œil. Une mort clairement pas à la hauteur de son talent. Cent ans plus tard, il va enfin pouvoir revenir au combat. C’est bien évidemment une version très courte de l’histoire. Je ne vais pas rentrer dans les détails pour éviter toutes formes de spoilers. Ce n’est de toute façon pas ce qui nous intéresse ici.

Je ne ferais pas de jeu de mot avec Os
Visuellement, nous avons droit à un énorme coup de polish. Le bond depuis l’original est édifiant. Les ciels sont magnifiques, la remodélisation des personnages et des lieux est très bonne et la fluidité est au rendez-vous. Cette version 2019 est donc totalement réussi graphiquement. D’un point de vu personnel, je suis déçu d’avoir perdu le côté un peu « Cartoon » de 1998, à savoir un personnage plus expressif et moins sérieux. Je chipote.

Une ambiance cuite sur l’os
L’aspect spooky du jeu est toujours là et ça marche toujours aussi bien. Les musiques sont grandioses et la direction artistique est maîtrisée pour nous offrir des lieux variés avec un compromis intéressant entre action et exploration. L’action, d’ailleurs, est vraiment frénétique et foncer comme un bourrin dans un tas d’ennemis en secouant son épée est une méthode qui marche. En plus d’être jouissive. Une vitesse de jeu qui va aussi plaire au speedrunner en herbe. D’ailleurs, le record actuel tourne autour des 45 mins, on s’en fout mais l’information est là.

Une jouabilité coincée en 1998
On touche du doigt le problème. La jouabilité n’a pas changé d’un pouce. C’est extrêmement rigide et faire preuve de précision est impossible dans le feu de l’action. Certains pourront dire que c’est vintage et que l’on profite du jeu avec son charme original. D’autre gueuleront sur une version qui s’est juste maquillée et qui garde à l’identique les mêmes niveaux, personnages, bugs de collisions et autre joyeusetés. Je vais le répéter encore une fois : l’évolution n’est que graphique. Pas de niveau bonus, juste des cinématiques revues et corrigées mais rien d’inédit.

Mon avis
Difficile de ne pas succomber au charme Tim Burtonnien de Medievil. L’ambiance y est toujours aussi exceptionnelle et l’histoire complètement barrée. Le choix de la jouabilité d’origine reste quand même incompréhensible. Je cite pour exemple les remakes de Resident Evil et Resident Evil zéro qui proposaient une maniabilité moderne ou vintage modifiable à tout moment dans les options. Diriger Daniel Fortesque avec un balais dans le fion ne sera pas agréable pour tout le monde et il est indéniablement à prendre en compte avant l’achat.

Beau comme un sou neuf, cette version 2019 ne met pas à jour sa jouabilité rigide et imprécise. Étrange vous avez dit étrange ?
MOYEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.