INFO
2017 – PC/MAC/LINUX/PS4/ONE
Genre : Survival Horror
Joueur : Solo
Développeur : Parabole
Éditeur : Parabole
PEGI 16
Testé sur PC
Parler de Köna, c’est comme parler d’un livre. Assis, le cul bien enfoncé dans le canapé, vous tendez le bras pour attraper cette maudite bouteille de caribou. Cet alcool fort traditionnel canadien sera peut-être la clé. Vous lisez ces lignes en vous demandant quel est le rapport avec le jeu. Vous vous demandez si ce jeu en vaut la peine. Vous vous demandez enfin si cette narration à la seconde personne va cesser.

Ma curiosité vidéoludique m’amène parfois à tester des jeux que je découvre au dernier moment. C’est donc vierge de tout que je me lance dans l’aventure. Une putain de bonne surprise made in Canada. Tabernacle !

Night in white satin
En 1970, au nord du Canada, vous incarnez Carl Faubert, un ex-militaire devenu détective privé. Vous travaillez pour monsieur Hamilton, le riche propriétaire d’une mine de cuivre. Il s’est fait vandaliser et vous devez mener l’enquête et rassembler les preuves. Malheureusement, vous allez trouver monsieur Hamiliton mort au magasin général. L’enquête va alors prendre une toute autre tournure. A tous ceux qui pensent que je spoil comme une trace de brake, ne vous inquiétez pas. Le scénario est vraiment excellent et particulièrement bien amené. Des documents à lire et des rencontres atypiques. Le tout se joue en vue FPS.

Tu ne vas tout de même pas consacrer un paragraphe sur le narateur ?!
Et voici le grand coup de génie du jeu : son narrateur. Il n’est d’autre que Guy Nadon, connu pour doubler moult films de Disney et de la DreamWorks. Pourquoi je lui consacre un paragraphe ? Sa voix représente a elle seule 70% de l’ambiance bancale et malsaine du jeu. Il va décrire les faits et gestes de Carl et nous donner des conseils. Ni trop présent, ni trop absent. Un régal. De plus, ce type de narration est extrêmement rare dans le monde du jeu vidéo. Köna impose son style et devient par conséquent encore plus identifiable.

La reine des neiges, cette salope
Blanc sera le mot d’ordre dans cette aventure. Le Nord canadien est connu pour geler les couilles et le troufignon de ceux qui s’aventurent trop longtemps dehors. Il va donc falloir régulièrement trouver du bois et des combustibles pour faire un feu et s’y réchauffer. Dans le cas contraire, Carl va ralentir progressivement le pas puis mourir de froid. Qui dit chaleur, dit aussi convivialité, amour et plaisir : le moral de Carl sera aussi à maintenir dans le vert. La neige, la neige et encore de la neige. Ce qui nous envoie au premier point faible du jeu : cette putain de neige… qui finit par nous éclater les yeux. J’ai du baisser la luminosité de mon PC pour contrer ce blanc éclatant. J’ai finalement trouver une meilleure alternative en portant des lunettes de soleil. Immersion garantie.

On the road again
Un monde ouvert et des énigmes ? C’est possible. On va dans l’ordre que l’on veut à la vitesse que l’on veut. La voiture est disponible pour aller d’un lieu à un autre. Quelques temps de chargement parsèmeront les déplacements. Dommage pour l’immersion car l’image freeze pendant quelques secondes. Ce tout petit bémol ne gâche pas pour autant notre plaisir d’apprentis détective privé. L’ambiance deviendra de plus en plus lourde au fur et a mesure de nos découvertes. Les énigmes sont nombreuses et le plus souvent logiques et simplistes. Rien de grave, au contraire, la progression restera fluide. Vous n’aurez pas besoin de regarder un vieux let’s play pour comprendre comment passer tel ou tel casse-tête. Un petit détour par les graphismes : ça ne casse pas des briques et on s’en fout. Les environnements sont suffisamment détaillés pour s’immerger dans l’ambiance.

Avec son ambiance à la David Lynch et son côté survival/glauque, Köna se fait une jolie petite place aux côtés des indispensables du genre. Sa narration vous bercera une petite dizaine d’heure. Ce fut TRES BON.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.