Knowledge is Power : Generations

INFO
2018 – PS4
Genre – Party-game Playlink
Joueur – Multi local
Développeur – Wish Studios
Éditeur – Sony
PEGI 3
Top ! Je suis un jeu de question sur PlayStation 4. Je demande l’utilisation du smartphone pour fonctionner. Je suis plein de paillettes et d’humour. Je pose des questions sur les années 80, 90, 2000 et même 2010. Je suis téléchargeable. Je suis, je suis… J’offre un point bonus à ceux qui ont répondu Stéphanie de Monaco.

C’est quoi le Playlink ?
Le playlink c’est tout simplement le fait jouer sur sa PS4 avec son smartphone. Ici il faut télécharger l’application Knowledge is Power Generation sur iOS ou Android et se laisser guider. En deux minutes tout le monde est prêt à se foutre sur la … à jouer.

Une ambiance qui nous saute à la gueule
La première chose que nous remarquons en lançant le jeu c’est son ambiance. C’est beau et fluide. Des couleurs qui nous flattent la rétine et nous donnent franchement envie de se lancer. Après avoir choisi son personnage on y colle son plus beau selfie et c’est parti.

Questions, bonus et malus
Nous ne sommes pas en présence d’un jeu de question/réponse classique. Le but ici est de se bloquer et les méthodes ne manquent pas. Avant que la question ne soit posée, il sera donc possible de choisir un malus à infliger à la personne de son choix. Ceci va, par exemple, se traduire par de la glace sur les propositions de réponses et il va falloir taper plusieurs fois (briser la glace) sur la réponse pour la valider. Un autre malus va mélanger les lettres des réponses. Tout est bon pour faire galérer son voisin. C’est bien fait, un poil stressant et particulièrement drôle. Quand tout le monde donne la bonne réponse, les points sont répartis du plus rapide au plus lent. Il est d’ailleurs là, le seul vrai problème de ce jeu.

Speedy frustrant
Misant tout sur le fun et l’accessibilité Knowledge is Power : Generations peut vite devenir frustrant quand on se prend un gros malus qui va nous ralentir dans notre quête de la bonne réponse. Tous les malus ne se valent pas et un déséquilibre peut vite se sentir. Le pire à mes yeux est le malus du bug qui brouille totalement l’écran et nous oblige à le tuer avant d’accéder aux propositions. A contrario, le malus des bombes nous demande juste de les éviter pour répondre. C’est d’autant plus énervant quand on connaît la réponse et qu’y accéder est beaucoup plus facile pour le voisin que pour nous. À obligatoirement prendre en compte avant d’investir dans le jeu. Et quelle est donc sa plus grande force ?

« Putain j’avais acheté le single »
La plus grande force de cette version « Generations » est de pouvoir être un excellent déclencheur de discussions. Voir passer un single ou un film provoquera des « je l’avais oublié celui-là » et des « putain ça à 20 ans ! ». Et le vrai intérêt du jeu est là. Cela devient encore plus pertinent quand une génération né dans les années quatre vingt affronte des jeunots né début deux mille. 

Avec son ambiance festive et ses questions générationnelles , cette nouvelle version de Knowledge is power est une réussite. TRÈS BON

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.