FarCry 3: Blood Dragon

INFO
2013 – PC/PS3/360
Genre : FPS/Action
Joueur : Solo
Développeur : Ubisoft
Éditeur : Ubisoft
PEGI 18
Testé sur PC
Si vous aimez l’humour bourrin, les scénario prétexte et les années 80, ce FPS est fait pour vous et pour moi ! Les logos Ubisoft et Havok apparaissent dans une definition VHS des plus vintage au lancement du jeu. Le meilleur reste à venir avec une introduction en pixel art style 8-bits qui pose les couilles du scénario sur la table. L’humanité est dans la merde, une arme secrète secrètement cachée est cachée sur une île mystérieuse. Pour aller foutre votre petit bordel sur l’île et découvrir ce qu’il s’y passe vous incarnez Rex Power Colt, un sergent qui a les abdominaux huilés et saillants depuis l’âge de 4 ans. Il déteste les tutoriels de jeu et les « saloperies de geek ». Un vent de Predator cuvée 1987 grand cru coule dans ses veines. Il recharge son fusil à pompe comme personne et aura toujours une réplique de merde quand il faut. En bref, ça va chier !

Le jeu reprend la base de FarCry 3. Le moteur graphique et le gameplay sont les mêmes à quelques menus détails près. Ici, pas de Jason qui veux buter Vaas. Et en plus, il n’est pas nécessaire d’avoir FarCry 3 pour en profiter. L’avantage d’être un stand-alone et non un DLC.

La finesse c’est pas mon truc
L’île se présente comme un monde ouvert avec ses quêtes principales et secondaires. Faire péter une base ennemie, secourir des scientifiques ou encore récupérer des documents feront parti de vos missions à accomplir. Le tout reste un peu répétitif pendant les 4/5h de jeu proposées. En revanche, l’univers complètement loufoque proposé par Ubisoft Montréal a suffisamment de resources et d’idées pour qu’on ne se lasse pas tout au long de l’aventure. Graphiquement, le soft se tient. Les armes sont d’un style fluo à ressusciter un danseur de Tecktonik et l’univers CyberPunk fidèle aux nanars du genre. Sur PC le jeu tourne à merveille, les versions PS3 et Xbox 360 sont quand à elles moins fines et moins fluides. Rien de bien méchant bien sûr, que les joueurs console se rassurent.La jouabilité reste efficace, les références de mauvais goûts et l’autodérision au premier plan. Une évolution du matériel et des armes est présente comme dans FarCry3. Les doublages VF sont d’excellente qualité et les musiques cyber heu… super !

Super méga fluo
Une fois de plus, les choix des développeurs ne plairont pas à tout le monde. Il faut aimer le kitch à outrance et l’ambiance des films auquel il fait référence : Terminator, Alien, Robot Holocaust, Cyborg (JCVD) ou encore Eliminators et Universal Soldier. La jaquette du jeu fait déjà clairement le tri auprès des joueurs. Bordel de merde, mais pourquoi fluo ? Car les années 80 ne se sont pas faite à la bougie et que faire un headshot avec un arc bleu c’est kitchisimement jouissif.

C’est pour tout ça que j’aime ce jeu. On passe un bon moment, on rigole souvent et il n’oublie pas que dans « jeu vidéo » on trouve le mot « jeu ».
TRÈS BON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.