STARFISH

INFO
2019 – Drame d’horreur
Réalisation – A.T. White
Avec Virginia Gardner, Haruka Abe, Janis Ahern
Américain
1H39

J’écris très rarement juste après un visionnage. Encore moins avec un double visionnage. Mais quand le double visionnage confirme un chef d’oeuvre, c’est différent. Je sors de quoi écrire et j’écris les mots pour expliquer pourquoi il faut voir Starfish. Je défonce ma table d’un coup de poing : le trouver en dvd ou en Blu-ray est un casse-tête. C’est un fait, j’aime posséder les films qui me touchent, me parlent, font vibrer, réfléchir, passer un excellent moment ou même pleurer. Je me rassure et remercie Shadowz d’avoir pu me mettre des étoiles dans les yeux. La dernière fois que ces connes d’étoilées étaient là, c’était pour Eternal sunshine of the spotless mind. Michel Gongry à dit : « Le plus dur c’est pas de commencer, mais de finir ». C’est hors-sujet et j’assume complètement cette divagation en vu du film en présence. David Lynch serait fier.

Vous partez loin pour ne pas revenir
Ici, j’aime expliquer mon amour du film de genre. Le symbolique, le puissant, celui qui va décoller vos grolles du sol pendant 1h30 minimum et qui vous prend par le col pour vous nourrir de coup de boule. Si Twin Peaks vous ennuie, partez. Si vous n’aimez que le réel de la vérité véritable, partez. Si les allégories vous provoques des allergies, partez. On peut enfin commencer ?

La solitude de la fin du monde
Suite à l’enterrement douloureux de sa meilleure amie Grace, Aubrey décide de squatter l’appartement de la défunte une dernière fois. Le lendemain, c’est la fin du monde mais Grace a laissé un jeu de piste pour tenter de le sauver. C’est le début d’un voyage initiatique hallucinant et halluciné.

Une photo exceptionnelle
La première claque va être photographique. La photo du film assumant un fort grain de boitier argentique et de couleurs pastels. L’atmosphère gagne en lourdeur et il est agréable de sentir l’appartement comme un cocon où Aubrey est en sécurité face à cette fin du monde. Aucun plan de caméras sera facile et hors de question de débander jusqu’à la fin du film. Tout est cohérent de A à Z et j’ai même sursauté face à un jump scare d’une facilité déconcertante. Impossible de prévoir la scène suivante et pourtant on se laisse porter.

Des goutes d’horreur dans son malheur
Impossible de traiter le sujet du deuil sans passer par les symboliques. Tout est symbolique dans ce mélange des genres. De la peau de bête sur son dos en passant par les monolithes : tout a un sens. Trouver le sens est très gratifiant car on fouille avec le personnage de Aubrey interprété par l’excellente Virginia Gardner vu dans les Halloween de 2018 et 2021.

Seule face à la camera
Gardner va se retrouver 95% du film seule face à la caméra de A.T. White. Une prouesse pour un long-métrage qui en plus n’est pas des plus bavard. Peu importe, les images nous racontent toujours une histoire. On aura même droit à une belle surprise au milieu du film.

La compréhension de l’incompréhension
Malgré tout ce que je vous raconte vous êtes encore là ? Starfish n’a pas de genre défini. Il mélange horreur, science-fiction, drame, mélancolie et bien plus encore. C’est pour ça que je l’aime. Il répond à aucun code. Aucun moule. C’est une réponse de qualité face à un cinéma de cahier des charges. C’est une réponse aux yesman qui ne s’investissent pas dans leur propre production, suivant bêtement les story-board sans comprendre. A.T. White est à l’écriture, la production, la mise en scène, le montage et même la musique. C’est quand même mieux de connaître le niveau d’investissement du réalisateur ? De savoir qu’il souhaitait founir une oeuvre avant tout.

Ce n’est pas Midsommard, ce n’est pas Kuso, ce n’est pas Bliss. C’est Starfish. Un film aussi unique que ceux cités précédemment.

MON AVIS
Oeuvre extrêmement sensible et sincère, Starfish est dans mon panthéon sans aucune difficulté.
EXCEPTIONNEL

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.