Slay the spire

INFO
2019 – PC/PS4/One/Switch/iOS/Linux/MacOS
Genre – Dungeon Crawler / JCC Rogue-like
Joueur – Solo
Développeur – MegaCrit
Éditeur – Humble Bundle
PEGI 7
Testé sur One

Vous sentez cette délicieuse odeur de papier ? Cette musique épique en fond sonore ? Cette personne un peu bizarre qui vous demande ce que vous souhaitez faire après avoir vu ce gobelin dans cette forêt sombre ?
Oui ?
Alors félicitation, vous êtes en train de faire une partie de jeu de rôle papier, les meilleurs jeux de rôle du monde. Comment ça je ne suis pas objective ?
Slay the spire fait l’audacieux pari de vous emmener dans cet univers de JdR mais pas que. Slay the spire, c’est un peu comme si Tata Raymonde vous annoncer qu’elle avait eu une fulgurance en cuisine et qu’elle avait cuisiner sa version du diplomate de Rachel. Obviously, vous êtes dans un état de méfiance. Et surprise, vous en reprenez deux fois tellement vous aimez ça !
Eh bien ce jeu, c’est exactement ça ! C’est un savant mélange entre deck building, le dungeon crawler et le jeu de rôle papier.

T’as du tos-ma ?
Ce jeu pourrait cocher aisément toutes les cases du « je veux être les moulures au plafond des geeks » et s’embourber dans du fan service, de la poudre aux yeux juste bonne à nous faire sortir la carte bancaire. Il pourrait. Mais il ne s’arrête pas là.
Slay the spire vous propose de monter tout en haut de votre donjon en combattant des mob et des mob d’élite avant d’arriver au boss. Puisque vous avez la possibilité de voir le chemin qui vous attends, vous le choisissez suivant votre stratégie.
Vous arrivez tout en haut du donjon et vous dégommer le Michel Druker qui règne ? Félicitation, vous passez au niveau suivant avec plus de difficulté.
Vous arrivez à la fin du donjon mais le boss vous fait des misères ? Un mob a eu raison de vous a un étage inférieur ? Vous redescendez au premier niveau mais vous avez quand même gagner des points d’expérience, qui vont vous faire monter en niveau et vous offrir des points d’énergie pour mieux appréhender ses méchants qui vous barrent le passage.

Jouons carte sur table
Vous allez me dire que je viens de vous donner la définition d’un dungeon crawler. C’est exact. Et vous allez me demander où j’ai vu des cartes et du JdR. Vos questions sont légitimes.
Vos armes sont des cartes, certaines qui seront d’office dans votre main, d’autre que vous allez choisir au gré des coffres et marchants que vous croiserez. A vous de procéder à des choix judicieux afin d’avoir une main équilibrée. Ou pas. Vous pouvez tout à fait choisir un jeu agressif dit de bourrin ou un jeu safe, avec beaucoup d’armure. Vous êtes libres et bon sang, ce que c’est agréable !

Toc-toc-toc ? Who’s there ? C’est moi, l’addiction !
Et le jeu de rôle dans tout ça ? Eh bien, lors de votre ascension dans ces donjon rempli de gens charmants, certains étages vous réservent des choix à faire en fonction de ce que vous y trouver. Ces choix auront une influence sur le reste de votre partie. Une influence pas forcément positive ! Et tout le monde le sait, le jeu de rôle, c’est la cerise sur le gâteau, c’est ce petit goût de reviens-y qui reste en bouche.

Est-ce que c’est beau ?
Hell to the yes ! Les graphismes ont un côté pastel, dessiné, intemporel… Rien à dire de plus que c’est beau comme un camion qui brille.

Et donc, ce diplomate il est bon ?
Eh bien… Vous vous doutez de ma réponse. Ce jeu est une pépite. La prise en main du gameplay est rapide et offre un plaisir quasi immédiat. Les parties sont relativement courte et vous pouvez donc allumer votre console en sachant que votre « J’arrive » quand on vous appellera pour manger ne sera, pour une fois, pas un vilain mensonge. Pour ceux qui cuisine, je vous conseille quand même de commander des pizzas parce que bon, même si les parties sont courtes, je ne vous garantis pas que le lâcher de manette sera aisé.
Évidemment, je me dois de vous faire un petit avertissement. Ce jeu, aussi bon soit-il ne conviendra surement pas à tout le monde. Les allergiques au vintage, les hermétiques aux jeux de rôle papier, les insensibles au dungeon crawler passeront leur chemin. J’encourage néanmoins les curieux à tenter leur chance et les amateurs à foncer.

Parties courtes (ou pas), prise en main rapide, fun, stratégique… Je pourrais continuer longtemps à vous le vendre comme une commerciale relou qui veut refourguer ses encyclopédies.
TRES TRES BON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.