INFO
2020 – Chasse sauvage
Réalisation – Vincent Paronnaud
Avec Lucie Debay, Arieh Worthalter, Ciaran O’Brien
France, Belgique, Irlande
1H27

INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

Je ne connais pas le réalisateur et encore moins ce qu’il a fait avant. C’est un article très bref entrevu dans un magazine qui m’a attiré le regard. Dans la même phrase : slasher, chasse à l’homme, forêt et folie. Il ne m’en faut pas plus.

Eve lève toi
Eve va en boite de nuit. Elle dégage les relous et souhaite trouver quelqu’un de sérieux, du moins qui la respecte. Elle va malheureusement miser sur le mauvais cheval et se retrouver en prise de deux tarés qui souhaite la filmer entrain de mourir. Voilà pour l’histoire. Enfin, les 10 premières minutes.

Tu vas te renseigner sur le réalisateur ?
Il est essentiel de savoir que le film va se dérouler comme un conte. Un conte très violent et graphique mais un conte quand même. C’est en traversant des bois que la nature va décider d’aider Eve en provoquant un accident. L’occasion pour elle de s’enfuir toujours poursuivie par les deux psychopathes dans une forêt qui n’en finira plus un peu à la manière d’un Blair Witch. La forêt est et restera le champ de bataille.

Requin marteau et pruneau
Merde, comment j’ai pu ignorer ça au moment du visionnage. Winshluss a.k.a Vincent Paronnaud est un incontournable de la culture BD trash et irrévérencieuse. Co-réalisateur de Persepolis avec Marjane Satrapi, ils remettent le couvert en 2011 avec le injustement méconnu Poulet aux prunes, un très grand moment de cinéma. Le voir arriver seul pour une proposition horrifique et brute ne m’étonne donc pas. Ce n’est pas n’importe qui et il ne filme pas n’importe quoi.

Animal
Arieh Worthalter est un vrai loup en chasse. Il va dégager une animalité malsaine sublimée par une mise scène d’une étrange justesse. Chacun de ses mots sont des balles de plomb dans notre morale. Il est le mâle, le mal et surtout la dernière des ordures. Nous sommes dans un conte : on grossit les traits, on augmente le sadisme et on obtient une bête faussement calme et prête à tout pour attraper sa proie. Lucie Debay quand à elle va totalement sortir de sa zone de confort pour une performance tout en nuances de folie. Je suis resté bouche bée devant cette énergie.

Pourquoi voir ce film
Son histoire n’est pas nouvelle. Le cadre de la forêt n’est pas original en soit. L’idée de traque non plus. Cependant, on trouve rarement une telle énergie et envie de nous raconter quelque chose. Vincent Paronnaud m’a attrapé par le colle, soulèvé de 6 mètres du sol et m’a raconté une histoire où je devais le regarder droit dans les yeux. C’est puissant. J’irai même plus loin : venant du monde de la Bande dessinée, Paronnaud justifie tous les plans de caméras, leur donne un sens et souvent une symbolique quand tous les éléments sont réunis.

MON AVIS
Vous l’aurez compris, j’ai été plus que conquis par ce film qui a su me faire vibrer et transpirer pendant 1h27.
TRÈS BON

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.