La guerre des moutons

INFO
2002 – Philippe des Pallières et François Bruel
Joueur : 2 à 4
Âge : à partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 30 minutes
Genre : Jeu de tuile/Stratégie
Éditeur : Asmodée/Lui-même

Convivialité
75%
Difficulté
35%
Stratégie
51%
Réflexion
50%
Chance
65%
Qualité du matériel
70%

La guerre des moutons ou guerre des mouts (il faut prononcer le s) sera le premier jeu de plateau dont je vais parler. Il n’y a pas que le jeu vidéo dans la vie il y a les jeux de plateaux aussi. Biff Tannen sur Twitter n’aime pas jouer à ça. Il déclare que c’est « une perte de temps ». Tant pis pour lui.

Des moutons et des hommes
Quand on sait jouer aux dominos ou à Carcassonne, on sait jouer à la guerre des moutons. Le principe du jeu est des plus rigolo : finir avec le plus de moutons possible. Chaque joueur va avoir une couleur de moutons et ces dernier se valident quand ils sont dans un enclos fermé. Tout le monde suit ?

Des forêts, des enclos, des chasseurs, des loups et des tuiles
Chaque joueur a 4 tuiles à sa disposition. Elles sont recto-verso, ce qui offre plus de possibilités, logique. On pioche après avoir joué son tour. Sur la table va alors se constituer la zone de jeu. Un village avec ses prairie et ses moutons, une forêt par ci et un chasseur par là. Un loup dans un pré bouffe les moutons. Un chasseur tue le loup et deux loups bouffent le chasseur et ainsi de suite. Le jeu se réduit alors dans sa plus simple fonction : saboter les champs de moutons des autres joueurs tout en protégeant les siens. Fermer prématurément la cloture de ce pauvre Cédric qui s’est trop focalisé sur sa couleur. La couleur, un élément important.

Mout mout moutons
J’ai volontairement oublié de préciser que chaque joueur a, en début de partie, en main la tuile qui correspond à sa couleur. Là où ça devient vicieux, c’est qu’il n’est pas obligé de la dévoiler, laissant planer le doute. Ce petit détail peut faire la différence. Quand il le voudra, je joueur pourra dévoiler sa couleur en la posant dans le jeu, ce qui peut lui rapporter quatre moutons de plus si il arrive par la suite à fermer son enclos. En fin de partie, celui qui a le plus de moutons gagne.

Une fabrication au niveau
Il va de soit de parler du niveau de fabrication du jeu. Les tuiles sont épaisses et solides. Le petit sac qui sert de pioche à un tissu de qualité. Rien à dire.

Mise en situation
Les exemples valent mieux que des paragraphes trop flous. Je vais expliquer la situation sur cette magnifique photo prise par mes soins.

– Le chasseur troue le loup.

– Quatre moutons jaunes à comptabiliser.

– Cinq moutons rouge à comptabiliser.

– Quatre moutons bleu à comptabiliser.

– Aucun moutons noirs car aucune cloture n’est terminée autour d’eux.

 

 

 

 

Mon avis
Derrière son côté simpliste, la guerre des moutons est un jeu plus tactique qu’il n’y paraît. Il remplit son office de jeu de tuiles sans trop forcer. Comme un Carcassonne moins austère. Ok ok ok, je retire ce que j’ai dit. Un jeu de société avec des règles simples et pour toute la famille.

Les parties sont dynamiques et vraiment plaisantes. A moins d’être allergique aux moutons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.