Mario Kart 8

INFO
2014 – WiiU
Genre : Course
Joueur : Solo/Multi local et en ligne
Développeur : Nintendo
Éditeur : Nintendo
PEGI 3
Vous vous réveillez un matin. Le regard vitreux et l’haleine bien chargée. Impossible de vous voir correctement dans le miroir. Vous marchez sur une part de pizza. C’est quoi ce bordel ? Quelques cadavres de bières squattent la table basse qui n’a plus un centimètre carré de libre. Les cendriers sont plein. Votre pote couché sur le canapé vous fixe d’un regard accusateur : il a perdu à la soirée Mario Kart. Cédric ! Réveil ! C’est pas parce tu passes tes soirées sur FIFA que tu dois pas écouter ! Préparez vos carapaces et vos dictionnaires d’argot !

Fun Kart
J’ai effectivement parlé d’insultes. On en reparle plus tard. Mario Kart est la référence dans son domaine, depuis sa première apparition sur Super Nintendo, il domine invariablement. Jouabilité immédiate, circuits originaux et possibilité de poutrer ses concurrents, tout est mis en œuvre pour un bon moment de rigolade. Balancer une carapace dans la gueule d’un pote fait toujours son petit effet. Qu’en est-il de ce huitième opus ? La première force de Mario Kart, c’est son accessibilité. Dans les termes, ça veux dire qu’un néophyte peut gagner contre un habitué. Le principe est archi simple, le bon dernier aura de meilleur items que le premier. De ce fait, le débutant reste quand même dans la course en prenant son pied. On est pas dans GT où le dernier voit le premier prendre un tour d’avance sur lui. Une initiative intelligente de la part de Nintendo qui cimente un peu plus sa volonté familiale. La jouabilité est très vite assimilée, tout le monde s’éclate dans tous les sens du terme.

Beau comme un camion
Les graphismes ! Le moins qu’on puisse dire c’est que Nintendo c’est enfin sorti les doigts. Enfin de la HD! C’est détaillé et fluide. Les effets d’eau et de lumière ont de la gueule et on se régale d’arpenter les circuits. Même constat pour les personnages, plus expressif que jamais.

Bouge de là !
J’en reviens aux insultes ! Le constat est universel : en solo, ce jeu rend vulgaire. C’est un fait. « Putain mais merde pas au dernier tour ! Saloperie de virage avec l’autre con qui me pousse dedans ! ». Inévitablement idéal pour enrichir son vocabulaire. Oui dans le fond ? Tu te fais chier, tu trouves ça trop mou. Parlons-en de la difficulté, elle est désormais sur 4 niveaux:

50cc avec des courses lentes et idéal pour appréhender les circuits.
100cc un poil plus rapide et sans grande difficulté non plus.
150cc ça commence à se corser avec des bons marrons dans la gueule.
200cc, un tout nouveau niveau de difficulté qui envoi du pâté copieux. Ça va très vite et c’est grisant. La moindre erreur peux être fatale pour remporter une course.

Le DLC offrant 8 circuits et surtout l’occasion de jouer Link vaut largement le coup. J’ai bien évidemment une préférence pour le circuit dans l’univers de Animal Crossing. Du tout bon.

En conclusion, Nintendo aura toujours la formule magique pour nous offrir des Mario Kart de qualité. Ce huitième opus marque un tournant avec -enfin- l’arrivée de la HD et du 200cc qui dépote. Un must. INCONTOURNABLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.