Dreams

INFO
2020 – PS4
Genre – outil de création de jeux
Joueurs – Solo/Multijoueur
Développeur – Media Molecule
Editeur – Sony Interactive Entertainment
PEGI 12
Testé sur PS4

Parler de Dreams reviendrait à résumer les 48 saisons de « Les feux de l’amour » en cinq paragraphes. C’est impossible. Ce jeu est une source infinie de créations et il m’a bien fallu m’arrêter pour poser mon avis sur le papier numérique de l’internet du monde moderne. J’y suis revenu un petit peu tous les jours pendant trois mois. Mais c’est quoi exactement ? C’est très facile. Soit nous apprenons à créer notre propre jeu, soit nous jouons aux jeux des autres. Pour être honnête, je ne me suis pas lancé totalement dans la création car cela prend énormément de temps et que Dreams n’est pas le seul jeu que j’ai à tester. En revanche, j’ai essayé un paquet de jeux de créateurs bien plus investi que moi. Voici donc mon avis sur cet immense laboratoire qui côtoie le pire et le meilleur (je parle des jeux dans le jeu et pas du jeu Dreams car sinon on pourrait croire que Dreams « côtoie le pire et le meilleur » et arrêter de me faire dire ce que je n’ai pas dit).

Art’s Dream est magnifique

Un solo qui sert de tutoriel
On commence en choisissant la couleur de notre feu follet. Ce dernier sera notre « pointeur » à tout faire avec soit les mouvements de notre manette soit les PS Move.
Ce sera donc à travers « Art’s Dream » que nous allons découvrir les différentes possibilités. C’est beau, inspirant et un poil décourageant dans le sens où l’on sait que pour en arriver à un tel niveau il ne faudra jamais compter les heures. Du classique TPS en passant par quelques échanges narratifs « Art’s Dream » est une super vitrine. On peut aussi passer au niveau supérieur en se lançant dans des tutoriels très bien fait.

L’espace d’accueil est atypique.

Manier le feu follet
Pas facile. Au début, j’avais l’impression de faire un point de croix avec des gants de boxes sur un monocycle sur le dos d’un éléphant sur une barque en pleine tempête. C’est vraiment la merde. Je passe rapidement au PS Move mais c’est encore pire. Je continue et persévère alors à la manette. Je trouve mes marques au fur et à mesure et fini par me dire que ce n’est pas si mal que ça. Vous l’aurez compris, la jouabilité peut décourager mais finira par sourire aux plus motivés. On ingurgite énormément d’informations et on apprécie vite la profondeur offerte par l’éditeur. Concernant la jouabilité offerte par les créations de la communauté, elle sera différente à chaque fois. Donc inutile d’en parler plus.

Long sera le chemin de la création

Mega Yario World 65
Cet outil de création est donc l’occasion de tester les jeux créés par la communauté. Inutile de dire que les copies/hommages font légion. J’ai testé un Super Mario aussi rigide qu’un rondin de bois. D’autres qui se focalisent exclusivement sur les mouvements mammaires de leurs personnages bien mieux modélisés que le reste. On évite les jeux qui contiennent « Pee » et « Poo » dans leurs titres même si certain m’on fait marrer 30 secondes. Les simulateurs de WC ne sont pas rares et ceux de courses vous feront relativiser Moto Racer 4. En revanche, on trouve aussi des perles menés d’une main de fer par une communauté solidaire et très active qui en plus fait évoluer les tutoriels et leur compréhension. Le système de notation est un très bon repère pour dégoter les jeux du moment. Voici le sel de Dreams : avoir du temps. Le temps de jouer à des ersatz de Silent Hill ou trouver le temps de peaufiner la création vidéoludique de votre vie.

« bendy eat to many paoto chip now dieria » (le vrai Bendy est ici)

Un outil puissant et ludique
Des animations jusqu’au musiques, Dreams permet de tout gérer de A à Z. Les Jean Michel j’aime le synthé vont enfin pouvoir ranger leur version PS1 de Music pour exprimer enfin toute leur créativité. Ceux qui galèrent encore et toujours sur Blender vont enfin modéliser le personnage de leur rêve et les Jean Michel j’ai enfin un scénario pourrons le proposer à la communauté qui les aidera à trouver le genre de jeu qui mettra le plus en valeur leurs épiques récits écrits au clair de lune un soir de confinement. Je répète que manier le feu follet est un coup à prendre mais ouvrira les portes de votre imagination, de votre créativité et de la capacité de votre disque dur.

« Turbo Racing Unlimited »

Un avenir sur PS5 ?
Un tel jeu qui permet de faire des jeux est aussi l’occasion de voir les limites de notre radiateur noir avec écrit Sony dessus. En effet, les environnements chargés feront tousser la console et on apprend vite à alléger pour optimiser. Alors comment s’annonce l’avenir du jeu ? Sur PS5 et avec la possibilité de de créer des jeux VR. Il faudra bien sûr avoir le matériel et toute la patience que demande le processus créatif.
Voila pourquoi il est extrêmement difficile d’écrire un test sur un jeu qui est en constante évolution. Une mise à jour du test avec la version PS5 sera alors essentielle pour en rediscuter avec quelques milliards de mise à jour en plus.

« ‎Gun target » est excellent‎

Mon avis
Dreams est un immense laboratoire où la seule limite est votre imagination. On peut reprocher une prise en main délicate et quelques toussotements dans les jeux trop chargés mais c’est un grain de sable ou milieu du Sahara. Média Molécule enchaîne les coups de maitres (Terraway, Little big planet…) et Dreams ne déroge pas à la règle. Jouer à Dreams, c’est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.

Proposer un outil aussi puissant est un coup de maitre. Excellent sur PS4, il sera Exceptionnel sur PS5.
EXCELLENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.