Moving Out

INFO
2020 – PS4/PC/Switch/Xbox One
Genre – Déménageurs de l’extrême
Joueur – Solo/Coop local
Développeur – SMG Studios/DEVM Games
Éditeur – Team17
PEGI 3
Testé sur One X

Le plan c’est toujours le même. On commence par le canapé puis la télévision. Tout ce qui se trouve dans la cuisine passe par la fenêtre, glisse sur le toit et se retrouve au pied du camion. Toi, oublie pas de tarter le fantôme dans le salon pour laisser passer Cedric qui trimballe les cartons fragiles. Je m’occupe de la chèvre. J’aime quand un déménagement se déroule sans accroc.

Le retour des années 80
L’introduction donne le ton avec une idée de génie : nos déménagements vont avoir une ambiance de coupe mulet et de moule bite fluo sur une musique kitch. Une vieille VHS nous explique le F.A.R.T et on se lance enfin dans le jeu. Son principe ? Déménager le plus vite possible les maisons du quartier. Sur le papier c’est déjà méga cool fun mais en pratique Moving Out est un bijou d’inventivité, de technique et d’humour. Une bonne surprise qui donne la banane.

Un style simple mais efficace
Il est certain que Moving Out ne brille pas par ses graphismes mais ils sont largement suffisant et surtout lisible. Ceux qui connaissent Overcooked ne seront pas perdus. Cette question de lisibilité est capitale quand on joue à trois ou quatre. Ça devient très rapidement un magnifique bordel organisé où pet de licorne et vaisselle cassée se marient avec la beauté d’un jogging à bouton pression en polyester qui gratte. On retrouve quelques détails comme les flamants roses et les nains de jardin dans le… jardin ou encore cette putain de chaise qui va dégager le passage car elle gêne pour faire passer le lit. Nos personnages sourient, sautent, tirent et poussent dans des animation hilarantes. C’est très coloré et surtout fluide ! Bon, j’ai eu un crash en jeu. Rien de bien méchant en attendant un patch.

Technicien et gros bourrin
La grande force de Moving Out va venir de toute les manières dont il peut être abordé. Les bourrins pourront passer par les fenêtres cassées, les techniciens trouveront le chemin le plus court entre la maison et le camion, les stratégiques se répartiront les tâches et les plus méticuleux ne casserons rien. Chaque maison va offrir ses avantages et ses inconvénients et « Regarde ! De la neige ! On va faire glisser les cartons dessus ! » rendront chaque partie différentes. Pas de place pour la routine dans un jeu qui ne se repose jamais sur ses lauriers. Des grandes maisons luxueuses en passant par la ferme du coin, la variété est appréciable.

Taillé pour le multijoueur
Moving out offre un multijoueur local de qualité. On choisit son personnage et en voiture Simone. Bouger les meubles à deux pendant que les deux autres s’occupent du salon est assez crevant. On rigole du niveau de galère et surtout on passe un super moment. Facile à pendre en main, l’amusement est immédiat. En solo, c’est forcément moins drôle et on aura plus tendance à se concentrer sur le chrono.

Je te sers un Gym Tonic ?
Il faut bien sur ne pas oublier de reciter l’ambiance 80 du jeu jusqu’aux musiques qui vont faire revivre le « toutouyoutou ». Tout y est, avec brio et sans excès.

Une physique de rêve
Le plus important, les lois de la physique. Il est important d’avoir un minimum de cohérence avec la réaction des objets. Lancer un carton dans le camion ne le fera pas rebondir dans tous les sens. C’est moins évident pour les ballons qui nous donnerons quelques sueurs froides. On rage forcément quelques fois mais il est difficile de prendre pour un défaut ce qui contribue à l’ambiance.

Des défauts ?
Quelques hitbox foireuses, des meubles qui se bloquent totalement dans le décor ou encore la musique qui ne se lance pas. Ça fait partie des problèmes qui seront surement progressivement corrigés. C’est aussi la contrainte de recevoir le jeu en avance mais il serait incroyablement malvenu de me plaindre. Je me suis éclaté. Mention spéciale au manoir Hanté.

Mon avis
Ce n’est clairement pas objectif (mais après tout, quel test peut l’être ?) mais j’adore ce jeu. Les musiques, le kitch, la jouabilité immédiate, les différentes stratégies et l’humour m’ont conquis. Je trouve tout ce que j’attends d’un « jeu » dans un océan de plus en plus sérieux. C’est un seau d’eau glacée dans la gueule : ça ravigote chanmé sa mère.

Moving Out est top moumoute. Le 36 15 bonne humeur du déménagement.
EXCELLENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.